Mon Livre

- LA PORTE « N’aie pas peur, mon jeune ami. Cette porte, comme mon arrivée, signifie juste le début d’une nouvelle vie, d’un cheminement qui va te conduire à devenir qui tu es au plus profond. »

     Quand il ouvrit les yeux, Lipuce aperçut la porte. Une petite porte bleu azur, ronde comme un hublot. Il crut qu’il rêvait. Il avait si souvent laissé son imaginaire voguer à sa guise, rêver de mondes tour à tour merveilleux ou terribles qu’il crut à un mirage. Il toucha la paroi de sa bulle et fut rassuré de voir son doigt s’y enfoncer sans pour autant la traverser. Il ferma les yeux et les rouvrit plusieurs fois de suite. La porte restait là où il l’avait aperçue à son réveil. Il écouta les bruits pour détecter un changement quelconque qui put expliquer l’arrivée de cette porte.
À première vue, rien n’avait changé. Sa bulle gonflait et dégonflait à intervalles réguliers, l’entraînant dans un mouvement de doux va-et-vient qui le berçait depuis toujours. Altéré par les parois à la fois souples et épaisses de sa bulle, le seul bruit qu’il eut jamais entendu depuis sa naissance lui parvenait toujours de façon aussi distincte. Ce « boum, boumboum, boum, boumboum » un peu étrange représentait son seul lien avec l’extérieur. C’était aussi le seul bruit qui parvenait à filtrer de l’extérieur vers lui.
L’enfant promena son regard sur cet endroit qu’il connaissait si bien. Sur les parois, de fines stries rouges figuraient un parchemin qu’il avait passé sa vie à essayer de déchiffrer. Il y avait vu des chemins à l’issue improbable, des chevaliers au grand cœur partis sauver la veuve et l’orphelin, des animaux plus fantasmagoriques les uns que les autres.
Il ne se rappelait plus quand tout avait commencé mais un jour, il s’était retrouvé seul dans cette petite bulle certes confortable mais un peu étroite et surtout, sans aucune ouverture vers l’extérieur.

Il s’était alors assis, les genoux repliés, la tête posée sur ses bras croisés, en attendant que quelqu’un lui parlât. Mais personne n’était jamais venu. Et il avait fini par s’habituer, puis par se résigner, faisant du rêve son arme absolue contre la solitude.
Ce matin-là pourtant, en se réveillant, il ne s’était pas plongé de suite dans le subtil tracé des stries. Pour une raison qui lui échappait encore, il avait relevé la tête, comme mû par une force invisible. Et il avait vu la porte.
— Qu’attends-tu pour l’ouvrir ?
Lipuce sursauta. Il y avait si longtemps qu’on ne lui avait pas adressé la parole…
— Mais qui es-tu ? Où es-tu d’abord ?
Une petite lumière jaune vint doucement se poser sur son épaule. L’enfant n’avait jamais vu ni même imaginé pareil être. Son corps ovale et aplati disparaissait presque totalement sous deux paires d’ailes qui, ainsi repliées, lui faisaient une carapace. Deux yeux énormes, disproportionnés, mangeaient sa tête littéralement, une tête d’où émergeaient à grand peine deux grandes et fines antennes. Six pattes, si ténues qu’elles semblaient prêtes à se briser, donnaient un équilibre à l’ensemble. Mais le plus étonnant était évidemment la lumière qui scintillait d’une partie de son ventre, donnant à cet être une incroyable aura de douceur et de luminescence conjuguées.
— On m’appelle la luciole et je suis la lumière de ton âme.
— La lumière de mon âme ? Mais… j’ai une âme ?
— Bien sûr, comme tous les enfants. »…

Nous naissons tous avec un corps, un enfant intérieur, une âme, mais il nous faut des années, voire une vie entière pour réussir à les unifier. « Lipuce, la luciole et le géant d’argile » raconte ce cheminement vers l’harmonie. Ce conte initiatique, qui s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes, raconte comment les expériences nous forgent, comment les rencontres nous construisent, comment la foi – en la vie, en l’amour, en l’autre – permet de gravir toutes les montagnes et de surmonter tous les obstacles.
« Lipuce, la luciole et le géant d’argile » est une ode au développement personnel, à l’éveil spirituel et à la reconnaissance de son Soi le plus profond et le plus authentique.

- Christine Allix -


Si vous voulez découvrir l’histoire de Lipuce, de la luciole et du géant d’argile, vous pouvez acheter mon livre sur le lien suivant :

Lipuce, la luciole et le géant d’argileLipuce, la luciole et le géant d’argile

Les Témoignages

  • Sophie Babey
    Le conte philosophique de Christine Allix, pas seulement journaliste, mais plutôt passeuse de mots à travers son blog ou ses ateliers d'écriture, réunit l'essence de son être à elle : un mélange de poésie, de désir de grandir, de vision au-delà du premier plan. Elle est L'accompagnaCoeur sur Facebook, celle qui vous guide en vous tirant par le coeur, captant l'attention des lecteurs pour leur montrer les beautés ignorées du quotidien. A commencer par celles des personnes qui nous entourent. Elle ouvre les yeux pour ceux qui ne voient pas. Munie d'un appareil photo, elle capture souvent le spectacle de la nature, au petit matin sur la mer, dans la fraîcheur des rivières. La Normande est toujours près de l'eau. Mais, avec ou sans image, c'est par la plume qu'elle transmet les messages les plus puissants. Celui-ci tient en 176 pages. Mais lisez bien derrière les mots...
    Sophie Babey
    journaliste à l'Indépendant
  • Patricia Labrue
    Une belle découverte ! Mais je ne suis qu’à moitié étonnée. Christine Allix est une personne de cœur et qui sait tellement bien faire passer les émotions. En tous les cas, je suis séduite tant par sa manière d’écrire que par tout ce qui se dégage dans ce livre .On s’est forcément retrouvé dans l’une de ces expériences: l’apprentissage et les leçons de vie. Un magnifique conte que je vous invite tous à découvrir.
    Patricia Labrue
  • Alexandra Thulliez
    Lipuce, la luciole et le géant d'argile : livre terminé, ou plutôt...dévoré !! Cette œuvre est un véritable chemin que je recommande à chacun d'emprunter. Merci Christine Allix pour ton écriture qui m'a transportée dans un monde féerique, pour ta plume qui sait si bien mettre en mots les choses de la vie, pour ta justesse et ton humilité, et pour la belle âme que tu es, tout simplement. Parmi toutes les pépites qui y sont disséminées, je choisis de retenir particulièrement celle-ci : "chacun naît et vit pour une raison précise, mais garde le libre arbitre de son chemin de vie". Voyage intérieur garanti ! 
    Alexandra Thulliez
  • Myriam Dedies
    Lipuce, la luciole et le géant d'argile" : un livre, un conte, empli de poésie et d'amour. La promesse est tenue. Je l'ai dévoré et vais le relire. C'est un livre pur, beau et qui fait du bien. Pour grands et moins grands Je retiens particulièrement quelques passages, celui de l'amour, mon préféré... et celui de l'araignée, fascinament décrit. Une petite eau à la bouche. A liiiire !
    Myriam Dedies